fcam

Transport

Un aspect important pour les aînés concerne leur mobilité. La mobilité est essentielle pour les aînés. Elle leur donne accès aux services, aux loisirs et aux contacts sociaux. Ceux-ci demeurent actifs et préfèrent généralement un mode de transport individuel plutôt que collectif, surtout en milieu rurale à moins d’avoir un handicap physique ou pour effectuer un déplacement en groupe, ou encore en raison d’insécurité.

En effet, les aînés évitent généralement de conduire leur automobile aux périodes d’affluence sur le réseau routier et évitent autant que possible les circuits super achalandés. Malgré tout, il y a surreprésentation des personnes âgées (65 à 75) dans les décès à la suite d’un accident routier, deuxième après les jeunes (16 à 25).

À Montréal, la majorité des aînés (surtout des femmes) doivent compter sur les transports publics pour se déplacer, ce qui est encore moins facile en hiver.

En plus, il faut noter que le contexte actuel du vieillissement de la population vient accroître de façon significative le nombre de personnes ayant, à des degrés divers, des problèmes sur le plan de la mobilité réduite. Ainsi, en 2008, on estimait qu’il y avait sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal (CUM) près de 150 000 personnes à mobilité réduite (15 000 sont admises au transport adapté), dont près de la moitié étaient des personnes âgées de 65 ans et plus. Ce nombre augmentera de façon significative au cours des prochaines décennies, au terme desquelles les personnes âgées de 65 ans et plus représenteront près de 25 % de la population en 2021. Plusieurs d’entre elles connaissent des limitations lorsqu’elles se déplacent sans pour autant être nécessairement admissibles au transport adapté.