fcam

Demographie

Rappelons que l’un des facteurs qui caractérise spécifiquement le Québec est la rapidité avec laquelle sa population vieillit, comparativement à d’autres pays. Ce vieillissement est dû en partie à l’allongement de l’espérance de vie (83.8ans chez les femmes et 77.2 ans chez les hommes), mais surtout à la forte dénatalité qui a succédé au baby-boom. De fait, la période durant laquelle la population de 65 ans ou plus voit sa proportion passer de 12% à 24% —période servant typiquement d’indicateur de la vitesse du vieillissement— sera de moins de trente ans au Québec. Il faut préciser qu’aucun pays n’est pas encore parvenu à un tel degré de vieillissement démographique. Mais c’est au Québec, après le Japon, que la proportion de personnes âgées doublera dans le plus court laps de temps. Les pays où le rythme de vieillissement se rapproche de celui du Québec sont l’Espagne (42.3 ans), l’ensemble du Canada sans le Québec (44.0 ans), et l’Italie (45.8 ans). La France, où le vieillissement a commencé il y a longtemps, aura pris 67.5 ans pour atteindre le même niveau.

Au Québec et pour certains, le vieillissement est défini selon un concept de diminution ou de perte et non comme un processus normal qui varie évidemment d’une personne à l’autre, selon le sexe ( 55% femmes vs. 45% hommes), le revenu ( 12% d’aînés ont moins de 15 000$ par an vs. 39% qui eux ont entre 15 000 et 49 999), la scolarité( 20% ont fini leur primaire vs. 37%, le secondaire) et d’autre facteurs, tels que l’intégration dans les réseaux familial, communautaire, social etc. Pour ces mêmes personnes, les aînés représentent un fardeau économique : les inquiétudes sur la solvabilité future des régimes de retraite et sur les coûts sociaux reliés au vieillissement, entre autres.

 

Voir lien : LES AÎNÉS Enjeux….Débats et Consensus

 

SOURCES : La réalité des aînés québécois éd. 2007 Conseil des aînés –CDA

Sondage Ipsos-Décarie 2007